Partie 1 :Préparation du film avant tirage

 

LE DEVELOPPEMENT D'UNE PELLICULE

 MONOCHROMATIQUE NOIR ET BLANC




PARTIE 1 : Préparation du film



      Le développement est une accéleration de la réduction des ions Ag+ en Ag. Il reduit les cristaux en particules noires visibles par l’œil : les cristaux contenant un agrégat de 3 atomes ou plus (superieur à l’agrégat révelateur) attire les éléctrons du révelateur vers les ions du cristal qui vont finir par tous être réduits.


Le développement d'une pellicule monochromatique noir et blanc (lien vers la description) nécéssite tois grandes étapes:

     -tout d'abord la prise de la (les) photographie(s)

     -puis les différents bains pour réveler et fxer la photographie

     -enfin une période de séchage.

Nous ne présenterons pas ici la prise de la photo mais sa sortie hors de l'appareil.



I. Sortie de la pellicule


Cette étape est bien sur primordial est bien plus compliqué que l'on pourrait le penser. Tout d'abord elle doit se faire dans le noir complet (même les lumières rouges doivent être éteinte) car l'image latente qui se forme lors de la prise du cliché est instable et un exposition infime à la lumiere changerait l'image.

Apres la sortie de la pellicule, on doit effectuer l'extraction du négatif lui-même (car il est a l'interieur d'un "embalage" plastique) en ouvrant une opercule située dessus ou sous cette embalage. Le film ainsi obtenu doit etre tres legèrement coupé : on enlève en fait l'amorce du film, une partie ne contenant aucune image latente et donc dispensable. On la distingue car elle est un peu bisoté.

  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Apres cette étape le film doit être enroulé autour d'un spire, objet rond contenant des stries pour que les 2 faces du film ne soit pas en contact avec d'autres. Durant cette étape le film doit être le moins touché possible, pour ne pas altérer la qualité de l'image latente. En effet les traces de doigts peuvent nuire à la propreté du tirage, par la suite.

 

 

La spire avec le film ainsi obtenue est ensuite mise dans une cuve spiralée où le film subira tout les bains:

II. Les Différents bains


     A. Bain révélateur : une réaction d'oxydo-réduction

On introduit ensuite la spire dans une cuve remplie de révélateur, liquide qui permet le développement en révélant comme son nom l'indique l'image (transformation de l'image latente en image visible par l'oeil humain), où le film se trouve dans le noir complet. Cette cuve est ensuite bien secouée pour que le produit agisse bien sur tout le film. Les temps de bain pour la pellicule varient selon la marque du produit, de la pellicule, température,...... mais durent généralement quelques minutes, en agitant bien la cuve.

Lors de cette étape, les ions Ag+ qui n'ont pas été réduits lors de l'exposition à la lumière sont réduits par le révélateur et se transforment en argent métallique Ag visible à l'oeil qui va former l'image négative. Car l'image latente est faite d'ions Ag+ réduits en Ag : lors de l'exposition, des photons (des particules élémentaires) vont sur le film et pour chaque photon, un éléctron présent dans le film rejoint un ion Ag+ ce qui entraine réduction de l’ion.


On obtient la demi-équation :   Ag+  +  e-  =  Ag


 L’image se fixe sur un film souple recouvert d’une couche de gelatine sur laquelle sont couchés en suspension des cristaux de bromure d’argent (AgBr)  (1 cristal équivaut à 1 milliard d’ions Ag+ / Br- ,organisés en un réseau cubique ). Chaque cristal forme 1 a 10 atomes (en fonction de l’intensité lumineuse) ce qui entraîne une agglomération des atomes en agrégat.

Ce bain va former l'image négative (atomes d' Argent). Il faut maintenant stoper l'action du révélateur sur le film, par un bain d'arrêt.


     B. Bain d'arrêt : le révélateur stoppé

     C'est la partie du traitement qui permet de stopper l'action du révélateur et de préserver le fixateur. Pour cela il suffit d'enlever tout le révélateur de la cuve, et de le remplacer par de l'eau (du robinet) aditionée de vinaigre blanc, pour que l'acidité de la solution soit environ à un pH entre 3.5 et 5.5. Les mêmes méthodes sont utilisées (agitation, temps environ égal à celui du révélateur)


     C. Bain fixateur : une image négative fixe

     Ce bain permet de fixer l'image négative, de la stabiliser pour ne pas qu'elle change lors d'une exposition ultérieur à la lumière. Avant le lavage, le film est plongé dans un bain dont l'agent actif est un thiosulfate qui a pour rôle de dissoudre les sels d'argent qui n'ont pas été réduits par le révélateur. A la fin du traitement révélateur, le film peut être exposé à la lumière puisque l'image négative a été fixée.


     D. Bain de lavage : un film propre

     Lors de ce bain, le film est passé sous l'eau (toujours du robinet) pour la rincer et enlever toute trace de produit (fixateur, révélateur ou vinaigre). Laisser couler l'eau pour cette opértion est plus que recomandé puisque si l'eau stagne, elle ne peut évacuer les restes de produit. Cette étape n'est donc pas à négliger car des restes de fixateur finiraient par endommager le film.


Poursuivre vers la Partie 2

 


 

 

26 votes. Moyenne 3.00 sur 5.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site