Les élements d'un appareil photographique argentique

 

Les Eléments d'un appareil photo

 

 

 

Tous les appareils photographiques argentiques possedent 6 éléments majeures et indispensables:

  • Une chambre noire
  • Un objectif
  • Un diaphragme
  • Un obturateur
  • Un film
  • Un viseur


     A. La chambre noire

En accord avec la règle decouverte lors de la découverte du principe de la photographie, chaque appareil photographique argentique contient une chambre noir,  c'est à dire une zone où la lumière est inexistante, sauf au moment de la prise de la photo, lors de laquelle elle rentre par un petit interstice dans l'objectif. Cette zone prend la majeure partie de la place dans les appareils photo argentiques.

 

 

     B. L'objectif

Ce qui est appelé objectif est toute le système optique devant l'appareil. A l'interieur de celui-ci, on trouve plusieurs lentilles qui sont responsables de la qualité de l'image latente, et donc de l'image finale. Les objectifs sont souvent interchangeables. Cela dit on peut trouver des appareils simples ayants seulement une ouverture fixe.

          1. La distance focale

Sa principale caratéristique est sa distance focale (c'est la distance séparant l’objet – son foyer – de la lentille de l’appareil), qui détermine le grossissement et le champ de vision observé au travers de l'objectif. Concrétement, la focale représente la distance en millimètres séparant le film ou le capteur du centre optique de l'objectif.

Plus la focale est courte, plus les lentilles sont proches du plan sur lequel se forme l'image, plus le champ de vision est large et le grossisement est faible.

 


En revanche, plus la focale est longue, plus les lentilles sont loin du plan sur lequel se forme l'image, donc plus le champ de vision est petit et le grossisement important.

 

Les appareils ayant une distance focale inférieure à 50mm (celle qui se raproche le plus de l'oeil humain) sont appelés grands angles,les plus petits sont des téléobjectifs.

Ainsi on peut dire que plus la distance focale augmente, plus l'angle de champ diminue. Pour exemple, un tableau présentant differentes équivalences :

 

          2. Le Diaphragme et l'obturateur

La quantité de lumière introduite dans la chambre noire est réglée par le diaphragme qui s'ouvre plus ou moins selon le dosage. C'est le mécanisme de l'appareil photo qui équivaut à notre iris de l'oeil. Sa valeur est appelée l'ouverture (f) : elle est obtenue en divisant la distance focale de l'objectif par l'ouverture en millimètres du diaphragme. Plus ce chiffre est petit,  plus le diaphragme est ouvert et inversement. Ainsi, une ouverture égale à 1 représente un diaphragme plus ouvert qu'une ouverture égale à 11. Une notation mondiale a été adoptée : f / 4 correspond à une ouverture du diaphragme (qui se calcule en millimetres) égale à la focale de l'objectif divisée par quatre. Le Diaphragme influt aussi la profondeur de champ: c'est la zone nette d'une image. La netteté varie avec la distance du sujet par rapport à l'appareil. Les sujets disposés à la même distance de l'appareil sont, soit tous nets, soit tous flous.


Schéma de l'ouverture du diaphragme:

          3.L'Obturateur

Le temps de rentré de la lumière est lui régit par l'obturateur. Pour cela il obstrue ou laisse la lumière rentrer et aller se fixer sur la pellicule, en fonction de sa vitesse d'obturation qui est exprimée en seconde (1, 1/2, 1/4, 1/8, ...). Sa place dans l'objectif peut être juste devant le film ou au centre de l'objectif. Il est composé de lamelles métalliques qui se recouvrent mutuellement. Le diaphragme et l'obturateur constituent un couple ouverture / vitesse : il permettent en se complétants de régler la quantité de lumière recue par le film.

On peut trouver deux nuances qui sont utilisées pour faire des effets, ou lorsque la faible lumière impose un grand temps de pose:

      - la pose B: il s'agit d'une pose longue pendant laquelle l'obturateur est ouvert tant que le photographe reste appuyé sur le déclencheur.
      -la pose T: l'obturateur s'ouvre au premier déclenchement et ne se referme que lorsque le le photographe appui de nouveau sur le déclencheur.

Pour les utilisateurs non amateurs mais non plus professionels, il faut retenir 4 grandes idées :

     -si la vitesse d'obturation est trop lente (> 1sec), l'image devient floue

     -une vitesse d'obturation lente crée une impression de ouvement du sujet

     -une vitesse d'obturation rapide ( 1/500,1/750) fige le mouvement (beaucoup utilisé en photographie sportive)

     -dans tous les cas, à main levée, il faut opter pour une vitesse au moins égale à l'inverse de la distance focale utilisée afin d'obtenir une photo assez nette:

 

V <  1/f


Par exemple, avec un objectif à distance focale égale à 28 mm, il ne faut pas descendre en dessous de 1/30 seconde. Ou avec un téléobjectif de 300 mm, il ne faut pas descendre en dessous de la vitesse de 1/250 seconde.



     En conclusion sur l'objectif, on peut dire que l'interêt majeure de l'objectif est de faire entrer beaucoupe de lumière, ce qui abouttit à une image bien plus nette.

 


     D. Le Viseur

Le viseur est le petit cadre dans laquelle l'utilisateur de l'appareil photo regarde pour bien cadrer sa photo, et parfois ajuster la mise au point et les paramètres d'exposition. Il est aussi utilisé pour les caméras.

Ce viseur fonctionne sur le principe de la lunette de Galilée, qui est assez simple : une lentille convergente sert d'objectif tandis que la divergente sert d'oculaire. Cette lentille permet d'observer des images à l'infini. Dans le cas du viseur photographique, l'image est inversée, c'est à dire qu'elle parait plus petite, ainsi que renversée, soit remise dans le bon ses pour l'oeil humain.

 

 


Vers la suite: la préparation du film

 

106 votes. Moyenne 2.73 sur 5.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site